Exposition ART PSYCHEDELIQUE de l'artiste VICLAMBART au baril Lyon 6eme

 

 

Vous aimez l’art et le streetwear ? Vous recherchez du techwear original qui véhicule un univers alternatif et psychédélique ? Pour tous les skateurs, amateurs de bmx et trottinette, danseurs urbains, mais aussi pour les esthètes friands de culture underground, découvrez dans cet article le monde de VICLAMBART, artiste-designer-compositeur franco-congolais, qui s’inspire des cultures d’Asie de l’Est dans son expression artistique.

 

Pour explorer le concept de cet artiste sans frontières, il faut d’abord comprendre les origines du mouvement Blasian et de son impact sur l’art et le streetwear.

 

 

C’est quoi le Blasian Art ?

 

L'art afro-asiatique est un mouvement moderne, sans chef de file ni organisation, qui se caractérise par l'utilisation de motifs asiatiques, vu sous le prisme de la culture africaine. Ce courant artistique aux confins des cultures africaines et asiatiques passe par une utilisation abondante de la couleur, des formes abstraites ou géométriques, associés à des figures religieuses et mythologiques du bassin sud asiatique. Cependant, le Blasian art ne se limite pas uniquement à la peinture, mais s'infiltre aussi dans la musique, la vidéo, la mode et le design.

 

Le Blasian art est vibrant de couleur et de vie, aux motifs uniques et au charme indéniable. De nombreuses célébrités se revendiquent de cette culture comme Dwayne ''The Rock'' Johnson, Kimora Lee ou encore Hines Ward. Il s'agit donc d'un mouvement qui prend de l'ampleur et commence à obtenir une reconnaissance internationale.   

 

 

Qui sont les Blasians ?

 

Les Afro-Asiatiques, que l'on nomme également Blasian en anglais par contraction des termes black et asian, sont une population issue de la colonisation occidentales et moyen-orientales du 7ème au 19ème siècle. Une partie de cette population est appelée Siddi et vit au Pakistan et en Inde.

 

A l'origine amenés en Inde en tant qu'esclaves pour servir dans l'armée et l'administration, ceux-ci ont vu leurs rôles modifiés par l'apparition des portugais dans le territoire sud-asiatique pour devenir des domestiques au service des occidentaux. De nombreux africains-asiatiques ont donc fui leur condition d'esclave pour se réfugier au Pakistan, mais aussi au Sri-Lanka, pour former la communauté des Kaffirs.

 

Une autre origine de l'émergence de cette minorité est liée à l'occupation américaine dans le territoire pacifique après la seconde guerre mondiale et ce, jusqu’à la fin de la Guerre Froide entre les Etats Unis et l'URSS. On trouve ainsi de nombreuses personnes Afro-Asiatiques au Japon, en Corée du Sud et aux Philippines.

 

Leur histoire est donc marquée par l'oppression et la discrimination ; cette histoire douloureuse imprègne tout l'art Blasian mais célèbre également le mélange des cultures.

 

 

Les inspirations du mouvement Blasian

 

Au-delà des inspirations visuelles des artistes Afro-Asiatiques, qui puisent leurs racines dans les couleurs et motifs traditionnels des continents africain et asiatique, l’intention de ce courant est de casser les confins du modernisme occidental, pour laisser s’exprimer les cultures métissées.

 

Le mouvement artistique Afro-Asiatique reflète la relation particulière des artistes avec leurs cultures plurielles, et leur lutte pour obtenir un espace d’expression dans lequel exister pour eux-mêmes. L'identité, le dilemme personnel, le changement culturel et le déplacement sont des thèmes communs dans le travail des artistes du mouvement Blasian, qui puise ses racines dans la conscience collective et les luttes anticoloniales dans leurs pays respectifs, qu'il s’agisse du pays auquel l'artiste est lié culturellement, éthiquement ou géographiquement.

 

Le mouvement Black Lives Matter ainsi que les discriminations accrues subies durant le Covid par les asiatiques et afro-asiatiques ont mis en lumière l’importance, toujours d’actualité, de donner plus de parole et de représentations à ces communautés, contre la haine et l’ignorance.

 

Le Blasian art apporte un éclairage bienvenu sur les questions de métissage inter-minorités ; ce courant a pris de l’ampleur et a gagné en visibilité ces dernières années grâce à l’émergence d’artistes locaux telles que VICLAMBART, qui célèbre depuis la France l’imaginaire et l’esthétique Afro-Asiatique.

 

 

L'expo Viclambart au Pan'Art (Lyon 6ème)

 

VICLAMBART est un artiste métis franco-congolais, qui s’affranchit des codes afin de marier les cultures (africaine, asiatique, européenne) et les genres (le streetwear, le luxe, la musique et l’art graphique).

 

Lors de son exposition au Pan’Art, situé 47 Rue Garibaldi, 69006 Lyon, VICLAMBART nous a ébloui par une explosion de couleurs et de formes, pour nous faire voyager dans les méandres de l’esprit et nous emmener dans un univers étrange et psychédélique.

 

Sur son “trip”tyque, des créatures aux formes impossibles nous regardent, mi-menaçantes, mi-amusées. Une ambiance psyché et onirique, un peu surréaliste, se dégage des grandes toiles qui nous narguent depuis leur monde coloré aux allures de délire hallucinogène. Quelque chose de mystique relie ces trois toiles : une communion des formes et des couleurs, une vision intérieure du psychisme, et des niveaux de lecture innombrables.

 

 

Les couleurs et les formes semblent abstraites, incohérentes mais concrétiser un tout puissant, renvoyant à l'absolu de la nature, à la petitesse de l’être humain et à un avenir qui semble incertain mais joyeux. On sent à travers cette œuvre la volonté de l’auteur de communiquer sa philosophie sans passer par les mots, en jouant avec nos sensations.

 

Le surréalisme des figures du tableau ne renvoie pas à quelque chose d’humain, et pourtant la nature humaine semble omniprésente. Les figures représentées évoquent des divinités, invitant le spectateur dans leur monde étrange.

 

 

En effet, selon que l’on s’approche ou que l’on s’éloigne des toiles, des motifs inattendus apparaissent, les lignes bougent, les tableaux et les créatures (les ISHES) prennent vie...

 

Résolument inscrit dans le mouvement psychédélique, ce triptyque de VICLAMBART, intitulé “MEGA-ISHES DE LA PSYCHOSE XXX” nous a “transporté”, comme le font les œuvres de ce courant, en “montrant l’âme”. Et l’âme de VICLAMBART nous a surpris, c’est le moins que l’on puisse dire ! Mais nous avons adoré ce trip inter dimensionnel et interculturel dans lequel ces tableaux nous ont plongé, loin de l’uniformité du quotidien et des conventions artistiques étriquées.

 

Au-delà de la vision monstrueuse, les œuvres présentées nous ont sembler transmettre un sens de l’unité, en nous donnant l’impression que tout et tout le monde était connecté : “un est tout, tout est un” selon les valeurs des figures du courant psychédélique...

 

L'on ressort de la lecture de ce triptyque comme on s’éveille d’un rêve chaud d’été, comme une hallucination qui nous aurait frappée ; l’impression d’avoir vécu quelque chose de tangible et tout à la fois ineffable.

 

Parmi les autres œuvres de VICLAMBART exposées au Pan’Art, son portrait d’une inconnue dégage une impression de solennité et de royauté. De ce portrait (d’une Sonoko-Chan ? Faut-il y voir une référence à Détective Conan ?), l’on ressent une influence des auto portraits de Frida Kahlo, par les couleurs utilisées, la pose et l’air noble du sujet, mais également à des œuvres de Klimt ; du haut de sa toile, la jeune fille nous toise, entourée par un fond qui nous rappelle l’art premier mais aussi l’art nouveau.

 

 

En s’approchant, l’on distingue le logo d’une grande marque de luxe. Le fond nous renvoie aux tissus imprimés de foulards, mêlant chaînes, logo doré et pelage d’animal sauvage. En somme, ce portrait de jeune fille d’héritage asiatique semble véritablement représenter la jonction entre l’Afrique, l’Occident et l’Asie. Le mariage des trois continents est au cœur de la philosophie de VICLAMBART, et ce tableau le démontre bien.

 

VICLAMBART nous semble être un descendant spirituel de Robert Combas et de Jean-Michel Basquiat : l’un pour son univers déjanté et coloré, et son interprétation libre de la figure ; l’autre pour ses revendications, ses inspirations ethniques et sa volonté de s’essayer à de nouveaux medium. Dans le cas de VICLAMBART, l’expression artistique est également protéiforme, avec une recherche de modes d’expression contemporains, dépassant le cadre traditionnel de la peinture, pour toucher un vaste public. L’utilisation de la mode notamment comme vecteur de son message témoigne d’une réappropriation d’un medium d’ordinaire standardisé et aseptisé, à l’époque de la fast fashion et de la surconsommation culturelle.

 

Nous sommes ressortis de ce vernissage avec des formes psychédéliques plein les yeux et la tête. Nous avons hâte de voir davantage d’œuvres de VICLAMBART, exposées dans un lieu propre à accueillir son univers cross-media, et d’aller plus loin dans le voyage surréaliste que l’artiste a imaginé.

 

Si vous avez manqué l’expo de VICLAMBART, vous pouvez retrouver les photos de ses créations sur son compte Instagram @viclambart, ou vous rendre sur www.bdlfvl.com pour acquérir ses œuvres. Ses grandes toiles psychédéliques, d’un mètre sur soixante-dix centimètres, conçues en triptyque et peintes à l’acrylique peuvent notamment être achetées au prix de 25 000 € sur la boutique en ligne.

 

 

Acheter du streetwear influencé par le Blasian Art 

 

VICLAMBART donne vie à ses créations à travers des œuvres destinées à orner les murs, mais aussi sa gamme de vêtements streetwear, qui portent fièrement des impressions de visuels artistiques dont il est le designer. Sur la boutique www.bdlfvl.com, vous retrouverez ses articles aux inspirations coréennes, japonaises et africaines.

 

Le concept store BDLFVL, qui signifie “Bienvenue dans le fabuleux Viclamb”, a été créé en 2019 par VICLAMBART pour proposer des articles de luxe streetwear, et offre un catalogue riche en vêtements et accessoires lifestyle. Vous y trouverez des designs originaux, exclusifs et novateurs, orientés streetwear, techwear, chic, arty et psychédélique.

 

Le but est d’offrir une expérience totale, avec des vêtements inédits, des toiles uniques, des accessoires et posters en édition limitée, et de la musique, s’inscrivant tous dans un univers original imaginé par VICLAMBART dans son roman graphique intitulé “THE GOSPEL OF VICLAMB”. Dans ce dernier, la philosophie psychédélique qui irrigue tout son art est dévoilée : l’union universelle, l’harmonie entre les hommes et des créatures mystérieuses, les ISHES, la présence d’esprits chargé de maintenir l’équilibre et de répandre la bonne parole d’un Paon omniscient.

 

En somme, l’artiste et son concept store veulent véhiculer un message d’amour, léger et décalé. SI vous aimez la culture alternative, les inspirations afro-asiatiques, les influences indie électro et loufoque, vous trouverez votre bonheur sur la boutique de VICLAMBART. Ode à la subversivité, aux couleurs pop, aux motifs tribaux, aux délires psychédéliques, à la culture underground ; pour tous les épris de la funk, tous les skateurs, les geeks, les nerd, les amoureux d’estampes japonaises, de K-POP, de trash garage, de légendes du rap US, de cartoons et d’humour noir, à l’affût d’un style idéal transgressif et provocateur ; vous êtes les bienvenus dans le VICLAMB.

 

À l’instar de ses œuvres qui sortent du cadre établi, VICLAMBART ne se limite pas aux confins du design de vêtements et satisfait son insatiable besoin de création dans d’autres domaines, tels que la musique ou le cinéma.

 

Pour les fans de pop culture, de jeux vidéo et du japon, les thèmes explorés par l’artiste VICLAMBART feront écho à leur sensibilité : l’on retrouve notamment dans les collections de l’artiste des références à la série de jeux Metal Gear Solid et au concepteur de génie Hideo Kojima. Cette influence se ressent dans les MEGA-ISHES, ces créatures psychédéliques et colorées peintes à l’acrylique sur de grandes toiles et qui renvoient aux machines METAL-GEAR. La collection de vêtements Psychose met également à l’honneur l’univers de Kojima, avec des motifs abstraits faisant référence aux personnages de Metal Gear Solid imprimés sur des hoodies, pantalons et bermudas.

 

Les inspirations de VICLAMBART ne s’arrêtent pas au jeu d’infiltration japonais. La collection All Stars par exemple est un hommage à des célébrités, imprimées en médaillon sur des hoodies et pantalons.

 

Sur le shop de VICLAMBART, vous trouverez donc des pièces influencées par le continent Africain, la Corée du Sud et la France, qui rendent hommage à la culture Afro-Asiatique à travers des créations de luxe, à porter ou à afficher.

 

Plus qu’un designer de vêtements, qu’un compositeur de musique ou qu’un créateur de luxe, VICLAMBART est un artiste complet, qui crée ses propres codes et son univers ; venez faire un tour dans son antre pour un voyage qui ne vous laissera pas indifférent.